Bernd Riexinger, coprésident de Die Linke: « Le mur de l’austérité est aussi lézardé en Allemagne »

Dans une interview accordée à l’humanité le coprésident de Die Linke annonce le lancement d’une marche internationale sur le nouveau siège de la BCE à Francfort le 18 mars prochain. Pour soutenir le nouveau gouvernement grec et demandé une profonde réorientation de l’institution.

Comment avez-vous réagi à la décision de la BCE de couper les vivres à Athènes ?

Bernd Riexinger. Cette attaque de la BCE vise à préserver le cadre néolibéral de la politique européenne et elle appuie la politique de Mme Merkel, qui se montre la plus indomptable dans le refus de prendre en considération les légitimes revendications des autorités grecques. Mais elle trahit aussi une volonté de boucher fébrilement les lézardes apparues sur le mur du système néolibéral en Europe. Car on ne les observe pas seulement en Grèce, mais aussi de façon croissante en Espagne ou au Portugal. Et même peut-être en Italie, voire en France.

Mais ces lézardes n’apparaissent-elles pas en Allemagne également ?

Bernd Riexinger. vous avez raison. Le modèle dont la stabilité et l’efficacité sont tant célébrées à l’extérieur est à l’origine ici d’une formidable polarisation sociale. Sur le marché du travail une grande partie des salariés est totalement précarisée et le fossé entre riches et pauvres ne cesse de se creuser. De plus en plus de gens comprennent que c’est cette politique-là qui hypothèque l’avenir de l’Europe. Un appel a été lancé par des dirigeants syndicaux de tout premier plan, par notre parti, Die Linke, par des politiques situés à l’aile gauche du SPD et par de nombreux économistes pour exiger du gouvernement fédéral qu’il soutienne le gouvernement grec.
Quelles sont vos propositions immédiates ?

Bernd Riexinger. Il faut d’urgence mettre fin aux politiques d’austérité en Europe. On n’a jamais réussi à tirer un pays des difficultés en lui enfilant une camisole de force. Pour faire face, trois décisions s’imposent : un, le lancement d’un programme d’investissements pour l’avenir de l’Europe. D’abord en direction d’infrastructures publiques, partout mises à mal, y compris ici en Allemagne. Deux, une hausse des salaires. Elle doit permettre de sortir de la léthargie qui touche les marchés intérieurs, singulièrement le nôtre. Cela serait salutaire pour toute l’Europe. Car une demande supplémentaire pourrait ainsi être adressée aux pays partenaires de la zone euro. Et seraient réduits les déséquilibres intra-européens provoqués par les excédents allemands, produits d’une politique du tout-à-l’export. Trois, il faut renforcer les syndicats, et en particulier leurs droits. Cela signifie qu’il faut prendre l’exact contre-pied des réformes conduites depuis dix ans en Allemagne qui ont contribué à l’affaiblissement des syndicats en orchestrant un recul de leurs pouvoirs.
Comment comptez-vous déployer la solidarité avec le peuple grec ?

Bernd Riexinger. Nous sommes partie prenante ou le plus souvent même initiateurs de comités de solidarité qui sont en train d’émerger aux quatre coins du pays. Et le 18 mars prochain nous coorganisons une marche nationale sur la BCE à Francfort à l’occasion de l’inauguration des nouveaux locaux de l’institution. Nous y attendons plusieurs milliers de personnes. La BCE ne peut plus fonctionner de cette manière. Elle doit avoir un tout autre rôle.

Lequel ?

Bernd Riexinger. Elle vient de prendre la décision d’injecter quelque 1 100 milliards d’euros dans les marchés financiers et elle refuse son aide à l’un des États membres les plus en difficulté. Cela doit changer du tout au tout. Il faut que la BCE puisse soutenir de grands programmes d’investissements. Elle doit réorienter sa politique monétaire pour permettre un vrai développement économique et inscrire dans ses missions la lutte contre le chômage de masse.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s