Un Smic allemand, oui mais low cost, et pas avant… 2017

Confrontés au rejet massif du dumping social, CDU et SPD se sont accordés sur l’introduction d’un salaire minimum dans leur contrat de gouvernement. Mais à minima (article publié en décembre 2013)

Les négociateurs du parti chrétien-démocrate (CDU) d’Angela Merkel et du parti social-démocrate (SPD) de Sigmar Gabriel se sont accordés sur un contrat de grande coalition dont l’une des figures de proue est l’introduction d’un salaire minimum, jusqu’ici inexistant en Allemagne. La décision a été célébrée aussitôt, de ce côté-ci du Rhin, comme l’amorce d’une rupture avec les logiques de dumping salarial qui ont constitué la boussole des gouvernements berlinois successifs depuis le début des années 2000. Mais si elle illustre un changement profond, c’est surtout au sein d’une opinion publique, excédée par les réformes de la dernière décennie orchestrant la baisse du coût salarial, qu’il s’est produit. Un sondage, rendu public à la mi-octobre, montrait que plus de 75% de la population souhaitaient l’introduction d’un salaire minimum légal national. Le syndicat DGB a porté très fortement cette revendication. Angela Merkel, elle-même, laissait entendre depuis plusieurs mois qu’elle n’y était plus vraiment hostile. Quant au SPD, il en avait fait un des thèmes majeurs de sa campagne. Et son président, Sigmar Gabriel, en difficulté face au mécontentement de sa base après la nouvelle défaite électorale historique le 22 septembre, avait prévenu: «Il n’y aura pas d’accord sans qu’y figure l’adoption d’un salaire minimum horaire de 8,50 euros.»

Son inscription en page 68 du contrat de grande coalition fait en soi franchir un pas. Mais le contenu précis du compromis obtenu est-il pour autant à la hauteur des attentes populaires ? À examiner le texte de plus près, rien n’est moins sûr. D’abord, parce que l’Allemagne maintiendra son régime sans Smic jusqu’au 1er janvier 2015. Sous couvert de «fournir un temps d’adaptation aux entreprises», tout pourra ainsi continuer tout au long de l’année 2014 en matière de dumping salarial. Et cela, au moment même où des critiques s’expriment de plus en plus fortement chez les partenaires du sud de la zone euro, mais aussi au sein même de la Commission ou du FMI, contre la politique jugée trop restrictive de Berlin soulignant, à l’inverse, l’urgence d’un accroissement de la demande et donc des salaires outre-Rhin. Un moyen, fait-on valoir, de stimuler les importations vers l’Allemagne et donc de résorber le déséquilibre des échanges devenu si menaçant pour l’intégrité de la zone euro.

Mais il y a plus grave. Selon la feuille de route du gouvernement Merkel III, l’Allemagne pourra jouer encore les prolongations après la date de l’introduction officielle du salaire minimum, au 1er janvier 2015. Seulement une partie des salariés sous-payés accéderont alors à la rémunération horaire minimale de 8,50 euros (9,43 euros pour le Smic français en 2013). Car, toutes les branches dont les minima salariaux seront, à cette date, inférieurs au niveau légal pourront bénéficier d’exemptions jusqu’au…1er janvier 2017. Autrement dit, dans le meilleur des cas, le Smic ne deviendra une réalité outre-Rhin qu’à la fin de la législature qui vient de démarrer. L’institut d’études économiques de la Fondation Hans-Böckler, proche des syndicats, identifie dans une analyse portant sur 4.500 groupes salariaux, issus d’accords tarifaires, pas moins de 528 cas où les rémunérations horaires étaient inférieures aux 8,50 euros, fin 2012.

Enfin, aucune revalorisation du nouveau Smic n’est prévue avant janvier… 2018, date à laquelle une commission tripartite – syndicats, patronats, «experts économiques» – pourra décider d’un éventuel «coup de pouce». Compte tenu de l’inflation, le Smic, s’il devient contraignant en 2017, vaudra alors plus que 8 euros bruts, mesurés au pouvoir d’achat actuel de la monnaie unique, a calculé le chercheur Ulrich Walwei, de l’institut du marché du travail.

 

 

Cet article, publié dans Allemagne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s