Le glyphosate empoisonne la crise politique allemande

La décision de faire pencher la balance européenne en faveur de l’herbicide nourrit la défiance entre CDU et SPD  alors que la tentative de rafistolage d’une  nouvelle grande coalition – ultime carte d’Angela Merkel pour former un gouvernement après l’échec des négociations entre CDU, libéraux et verts -démarre ce jeudi 30 novembre, sous l’égide du président de la république fédérale ( in l’humanité du 29.11.2017). 

glyph

Monsanto et les lobbies de l’agro-industrie respirent après le revirement surprise du Conseil européen, qui a décidé de réautoriser pour cinq ans le glyphosate. La décision de ce lundi 27 novembre a pu être prise à une majorité qualifiée – jusque-là introuvable tant le fameux désherbant se heurtait à des oppositions ou des réticences manifestes au sein de l’instance exécutive de l’UE. En votant pour alors qu’il s’abstenait dans les précédentes réunions au sommet des ministres de l’Agriculture, Berlin est le principal responsable de l’évolution du rapport de forces. Il permet une prolongation in extremis du produit, dont la licence dans l’UE expirait dans moins de trois semaines.

Bayer, le géant de l’industrie chimique allemande, est le grand bénéficiaire de ce tour de force. Le groupe, champion du monde de la fabrication des pesticides, doit finaliser en effet d’ici janvier prochain la prise de contrôle de Monsanto, champion du monde des semences. Ce qui donnerait lieu à l’émergence d’un titan mondial qui dominerait tous les marchés de l’agrochimie. Le gouvernement allemand a-t-il agi sous influence ? La polémique enfle outre-Rhin, où plusieurs enquêtes accablantes viennent de révéler une extrême porosité entre le grand patronat et le gouvernement de grande coalition. Et l’affaire pèse, au plus mauvais moment, sur la crise politique née de la difficulté d’Angela Merkel à former un nouveau gouvernement, plus de deux mois après l’élection du Bundestag, à la suite de l’échec des négociations entre CDU, Verts et libéraux (FDP).

Le ministre de l’Agriculture dit avoir agit de sa propre initiative

La ministre en exercice de l’Environnement, Barbara Hendricks (SPD), s’insurge en effet de ne pas « avoir été informée » par son collègue de l’Agriculture, Christian Schmidt (CSU), sur une décision « aussi lourde de conséquences ». Elle reste, elle, opposée à une ré-autorisation du glyphosate, arguant du principe de précaution après que plusieurs études ont révélé le caractère « potentiellement cancérigène » de l’herbicide. Le conservateur bavarois plaide avoir donné son feu vert en échange de « garanties réglementaires » sur l’utilisation du produit. « J’ai agi de ma propre initiative » sans en référer en haut lieu, expliquait-il sans rire, ce mardi  29 novembre, en indiquant qu’un avis de la chancellerie sur le sujet ne lui semblait « pas indispensable ».

Aussi peu convaincant et redoutable qu’il puisse paraître, cet aveu est s’apparente d’évidence à un douteux arrangement destiné à sauver les apparences pour Angela Merkel en lui permettant de conserver, vaille que vaille, un minimum de crédibilité dirigeante à la veille de l’entame, demain, de discussions de la dernière chance entre la CDU et le SPD. Sous l’égide du président de la République, Frank-Walter Steinmeier, il s’agit de tenter de reconduire une grande coalition et d’éviter une élection anticipée qui pourrait prolonger pendant de longs mois la période d’incertitude sans véritable gouvernement.

Nombre de dirigeants du SPD s’indignent. La chancelière n’aurait pas « ses propres gens sous contrôle », a fait mine de s’alarmer la numéro deux du parti et présidente du groupe social-démocrate au Bundestag, Andrea Nahles. Elle dénonce une décision qui constitue « une rupture de confiance » au sein du gouvernement. Puis, interrogée sur les conséquences d’une telle attitude sur les pourparlers à venir entre les deux partis, elle déplore : « Nous considérons cela comme un très lourd fardeau. » Avant de souhaiter que l’on quitte dans les discussions à venir « cette ligne qui est un appel au crash ».

Cet article a été publié dans Allemagne, Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s