Nouvelle Grande coalition ou drame de l’acharnement thérapeutique à Berlin

L-R-German-Interior-Minister-Hors

Angela Merkel a été intronisée pour la 4e fois à la tête d’une grande coalition appelée au chevet d’un modèle ordo-libéral à bout de souffle.

Après six mois de crise politique, consécutive aux résultats de l’élection du Bundestag de septembre dernier, l’Allemagne s’est dotée mercredi 14 mars d’un nouveau gouvernement. La chambre basse du Parlement a élu pour la quatrième fois Angela Merkel chancelière, avant d’introniser son nouveau gouvernement de grande coalition entre chrétiens démocrates (CDU) , chrétiens sociaux (CSU) et sociaux-démocrates ( SPD). « Le temps est venu de se mettre au travail », s’est réjoui la chancelière. On ne cache pas son soulagement de Bruxelles à Paris de voir Berlin ainsi revenu à la case « normale ». Et Emmanuel Macron communique frénétiquement sur le grand retour du couple franco- allemand.

Cependant, présenter l’avènement de ce gouvernement Merkel IV comme la garantie d’un ressaisissement politique pour l’Allemagne et pour l’Europe apparaît pour le moins hasardeux. Rien que l’étroitesse du résultat du vote en faveur de l’intronisation d’Angela Merkel devrait pour le moins inciter à la prudence. La chancelière, déjà tributaire d’une majorité CDU/SPD rétrécie à 53 % des électeurs, n’a pas fait le plein des votes. Une trentaine de députés de son camp (CDU ou SPD) ont voté contre elle et elle n’a dépassé la majorité absolue que d’une dizaine de voix.

Vives tensions sur le nouvel exécutif

Ce résultat serré illustre l’importance des tensions sur le nouvel exécutif. Au SPD, on digère très mal les concessions de la direction du parti pour signer un contrat de gouvernement qui se refuse à traiter les souffrances sociales générées par l’explosion des inégalités. La chancelière a beau dire qu’il va falloir « mieux partager la prospérité », rien n’est envisagé contre les énormes discriminations qui pèsent sur les plus démunis confrontés à la précarité, à des retraites peau de chagrin ou à une assurance-maladie partiellement privatisée.

Au sein de la CDU s’affirme une contestation de la ligne « centriste » de la chancelière. Jens Spahn, l’un des jeunes loups candidat à la succession de Merkel devenu ministre de la santé, laisse entendre qu’il ne dédaignerait pas s’accorder avec une extrême droite dès aujourd’hui en embuscade au sein du Parlement, selon le contre-modèle pratiqué par le chancelier Kurz dans l’Autriche voisine. Un climat paraît d’autant plus favorable à ce genre de dérive que le nouveau cabinet a déjà annoncé des restrictions importantes du droit des migrants, que doit mettre en musique le nouveau ministre de l’Intérieur de la CSU bavaroise, l’ultra-conservateur Horst Seehofer. La GroKo (grande coalition), la troisième du genre sous Angela Merkel, produit ainsi elle-même les ingrédients empoisonnés qui la mettent à mal.

Quant aux convergences franco-allemandes espérées sur l’Europe, elles apparaissent promises à un sort concret du même acabit. Olaf Scholz, le très schrödérien ministre des Finances et vice-chancelier SPD, a déjà annoncé la couleur : pas question pour Berlin de transiger sur un budget européen d’investissement ou même sur ce « ministre des Finances » de la zone euro qu’appelle de ces vœux Emmanuel Macron, sans contrepartie drastique en matière de « rigueur ». Et Berlin de recommander même la création d’un Fonds monétaire européen, pour veiller au strict respect de la discipline budgétaire des états « partenaires ».

Ainsi l’espoir, le vrai pour l’Allemagne et pour l’Europe, se situe-t-il bien ailleurs. Il passe outre-Rhin par tout ce qui résiste aux ravages annoncés de la GroKo. Comme les luttes récentes engagées en faveur de fortes hausses de salaires dans la métallurgie et la fonction publique. Comme ces revendications de Die Linke visant à combler les immenses retards d’investissements publics accumulés et à instaurer une vraie solidarité européenne.

Cet article a été publié dans Allemagne, Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s