Baerbock, l’écolo qui veut la place de Merkel

La dirigeante Verte, passée première dans la course à la succession de la chancelière, se présente en championne d’un libéralisme vert et d’un nouvel atlantisme ( article paru in l’humanité du 12 mai 2021)


Depuis qu’elle est devenue à la mi-avril la candidate des Verts allemands à la chancellerie, Annalena Baerbock semble irrésistiblement attirée vers les sommets. Dans quasiment toutes les enquêtes d’opinion, les écologistes (entre 24 % et 26 %) devancent en effet désormais les chrétiens-démocrates (CDU, entre 23 % et 25 %). Au moment où la campagne électorale pour l’élection du Bundestag du 26 septembre prend son plein essor, cela fait de cette femme de tout juste 40 ans l’une des favorites de la course à la succession d’Angela Merkel.

Simplicité, bonne connaissance des dossiers, sens de la repartie. Annalena Baerbock a pris appui sur ses qualités pour se hisser rapidement à la tête des Grünen. Elle est devenue leur coprésidente avec Robert Habeck en 2018, pour un mandat qui marquait l’achèvement de la mue des Grünen en faveur d’une ligne dite réaliste, de plus en plus écolo-libérale. Ex-championne de trampoline, elle sait jouer de son profil atypique parmi le personnel politique pour rebondir très haut. Jamais une femme aussi jeune, mère de deux enfants de 9 et 5 ans, n’a brigué les plus hautes fonctions.

La coqueluche de bon nombre de médias dominants

L’ex-étudiante de Sciences-Po, diplômée d’un master en droit international de la London School of Economics, fait encore l’effet d’une novice. Elle n’affiche pas la moindre expérience ministérielle. Pas même au sein des exécutifs des Länder, à la différence de ses principaux concurrents au poste suprême, d’Armin Laschet (CDU), ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Land le plus peuplé du pays, à Olaf Scholz (SPD), vice-chancelier et ministre fédéral des Finances. Mais, qu’importe ce handicap, elle en a fait un atout, surfant sur l’aspiration au changement, voire au « dégagisme » qu’inspire l’énorme discrédit des deux partis de la grande coalition au pouvoir.

Annalena Baerbock est devenue la coqueluche de bon nombre de médias dominants qui, rassurés d’évidence par son discours très recentré, en font l’incarnation d’un besoin de renouvellement et de rajeunissement. Le coprésident de son parti, Robert Habeck, qui s’est effacé devant elle sans heurts de la pole position des Verts pour la chancellerie, s’emploie à peaufiner son image de force tranquille : « Sa façon de travailler n’est pas si différente de celle d’Angela Merkel », assure-t-il, multipliant les allusions aux accords de gouvernement régionaux passés entre Verts et CDU, comme dans le Bade-Wurtemberg.

Une bonne partie de la classe dirigeante allemande semble déjà convaincue. Un sondage Civey publié fin avril et réalisé auprès de « l’élite économique » (le grand patronat) place Annalena Baerbock largement en tête des intentions de vote, à 26,5 % au sein de ces « happy few », devant le chef de file de la droite libérale (FDP) Christian Lindner (16,2 %), le candidat CDU Armin Laschet (14,3 %), et son homologue du SPD Olaf Scholz (10,5 %).

La candidate Verte s’est hissée en pole position à la suite des déchirements apparus au sein de la démocratie chrétienne. La longue bataille à laquelle se sont livrés les chefs de la CDU et de la CSU bavaroise, Armin Laschet et Markus Söder, pour l’accès au poste de candidat à la chancellerie, porte la marque d’un affrontement qui perdure entre ordo libéraux et nationaux-libéraux. Dans le Land de Thuringe, une majorité d’adhérents de la CDU vient ainsi de se prononcer pour la candidature de Hans-Georg Maassen contre l’avis de la direction. Le personnage, nationaliste assumé, partisan d’une alliance avec l’AfD (extrême droite), s’était illustré en septembre 2018 à Chemnitz, alors qu’il était encore chef du service des renseignements généraux (Verfassungschutz), en tentant de voler au secours des organisateurs d’une terrible ratonnade contre des migrants.

La campagne de la CDU durablement plombée

La campagne d’un Armin Laschet qui éprouve les pires difficultés à tenir ses troupes semble durablement plombée. Au point que la plongée de la CDU dans les sondages ne rend plus aussi improbable la possibilité d’une coalition de gauche (Verts-SPD-Die Linke) à l’issue du scrutin. Cependant, comme s’il voulait prévenir de toute ambiguïté, Robert Habeck ne s’est dit ouvert à cette option que si Die Linke savait « faire preuve de responsabilité gouvernementale en se reconnaissant clairement dans l’Otan ». Cette tirade du dirigeant du parti issu du mouvement pacifiste des années 1970-1980, qui fut à la pointe de la lutte contre le déploiement des missiles Pershing des États-Unis sur le territoire ouest-allemand, illustre l’ampleur de la mutation engagée par les Grünen. Elle a valu à Habeck une réponse cinglante de la coprésidente de Die Linke, Janine Wissler : « Je trouve difficilement compréhensible que la capacité à gouverner puisse se mesurer pour les Verts à la question d’une prétendue alliance de valeurs avec des pays comme la Turquie d’Erdogan. »

Annalena Baerbock est à la pointe de cet effort de normalisation atlantiste. Elle est la seule du spectre politique allemand à dénoncer avec beaucoup de virulence, à l’unisson de l’administration Biden, la mise en service du gazoduc Nord Stream  2, dont la construction est quasi achevée entre la Russie et l’Allemagne. Et elle souhaite une augmentation des dépenses pour la défense et l’armée afin de mettre Berlin en conformité avec les objectifs de l’alliance. « Si l’Occident, lance-t-elle, ne veut pas laisser le terrain à des pays comme la Chine ou la Russie, alors l’Europe doit prendre plus au sérieux son rôle de garant de la paix dans le monde. » De quoi combler Emmanuel Macron, en mal de convaincre ses partenaires de constituer une « Europe de la défense » pilotée par la France en complément de l’Otan.

Cet article a été publié dans Allemagne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s