L’Europe, à l’origine de la gangrène nationaliste, est aussi son remède

Dans la présentation de son livre, Europe état d’urgence, au Village du Livre de la Fête de l’Humanité, Bruno Odent montre combien l’actuelle construction européenne, soumise aux marchés financiers, s’est alignée sur un « modèle » ordo-libéral germanique qui exacerbe la concurrence de tous contre tous et alimente in fine la montée des nationalismes. Face à la dislocation qui menace et aux terribles régressions qu’elle induirait, il relève que la solution est forcément européenne. Des forces populaires et progressistes considérables existent pour résister aux logiques de l’austérité et du nationalisme qui se confortent mutuellement. Il faut faire vite et déployer en grand ces forces qui émergent déjà. Elles traduisent le besoin d’une Europe refondée qui mette enfin en œuvre coopération et solidarité. Le débat est animé par Pierre Chaillan, journaliste à l’Humanité.  Réalisation : Abrahim Saravaki

 

 

Cet article a été publié dans Europe, extrême droite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s