La messe de la grande coalition allemande n’est pas encore dite…

Merkel et Schulz veulent gouverner ensemble. Mais le contenu du texte  d’orientation gouvernementale sur lequel ils se sont mis d’accord irrite une partie de plus en plus large de la base et même désormais de nombreux dirigeants régionaux du SPD, alors que le parti est appelé à trancher en congrès dimanche 21 janvier.

-Seehofer-Merkel-Schulz

Le Parti chrétien-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel, son allié bavarois chrétien social (CSU) et le Parti social-démocrate (SPD) de Martin Schulz se sont entendus dans la matinée du 12 janvier, après une longue nuit de tractations, sur un accord de principe pour le lancement d’un nouveau gouvernement de grande coalition. La messe paraît cependant encore loin d’être dite pour l’avènement d’un gouvernement Merkel IV. Les trois partis doivent désormais ­ratifier le texte définissant les priorités du futur cabinet. Et si le passage devant les instances de la CDU/CSU doit constituer une formalité, un haut degré d’incertitude demeure autour de la décision finale du SPD, qui doit être prise à l’occasion d’un congrès extraordinaire, ce dimanche 21 janvier, à Bonn.

Défiance populaire

Le projet d’orientation gouvernementale adopté par les trois partis n’a pas vraiment permis de rassurer une base sociale-démocrate qui craint qu’une nouvelle grande coalition ne se traduise par un approfondissement de la défiance populaire à l’égard du SPD, qui a atteint déjà le score le plus faible de son histoire lors de l’élection du Bundestag, le 24 septembre 2017 (20,5 %). Martin Schulz, le leader du SPD, a beau invoquer un certain nombre d’engagements des futures « nouvelles » autorités sur l’éducation et la formation ou sur l’augmentation du pouvoir d’achat des plus défavorisés, le compte n’y est pas aux yeux de nombreux adhérents du parti.

Quelques allégements d’impôts sont bien envisagés. Quelques améliorations sont bien enregistrées sur le dossier des « petites retraites ». Mais, dans le même temps, la suppression de l’impôt de solidarité (destiné au financement des charges de la réunification) bénéficiera surtout aux plus riches, ceux qui l’acquittaient.

Plus grave, alors que le SPD réclamait des mesures fortes pour soigner un système d’assurance-maladie devenu totalement inégalitaire, la seule concession faite par la CDU sur ce point est d’en revenir à des cotisations maladie paritaires (le salarié est soumis aujourd’hui à un prélèvement plus élevé que son patron). Ce relâchement du dogme de la profitabilité de l’entreprise est sans doute notable. Mais il ne permettra pas de remettre en cause l’émergence d’un système de soins à deux vitesses au détriment des assurés des caisses légales (publiques), contraints de supporter des délais d’attente à rallonge, face à ceux qui peuvent s’acheter une couverture privée. Dans un pays qui connut jadis l’un des systèmes de protection sociale les plus égalitaires, la question est devenue ultrasensible. Et le durcissement de la politique migratoire concédé à la CDU accroît encore le désarroi des militants.

Martin Schulz a décidé d’entamer un tour d’Allemagne pour convaincre les adhérents sceptiques avant le congrès extraordinaire. Sa tâche s’annonce rude. La distance de nombreux militants qui étaient déjà peu convaincus se transforme en hostilité franche. Le SPD du Land de Saxe-­Anhalt comme celui de la cité-état de Berlin se sont ainsi prononcés contre le renouvellement de la grande coalition. Et si le leader des jeunes socialistes, Kevin Kühnert, apparaissait isolé parmi les figures de la direction du parti comme opposant à une nouvelle aventure gouvernementale avec Merkel, il est rejoint désormais par plusieurs personnalités régionales de poids. Ainsi Michael Müller, le bourgmestre SPD de la cité-État de ­Berlin et président du Bundesrat, la Chambre haute du Parlement, se dit-il « très critique ». Face aux défis du moment, lance-t-il, « la même coalition pour la même politique n’est pas une réponse adéquate ».

Bruno Odent

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s