Dieselgate: les cobayes des faussaires de l’automobile allemande

 

Pour prouver l’absence de nocivité des émissions… truquées de leurs véhicules, les Volkswagen, Daimler et autre BMW les ont expérimenté en les faisant inhaler à des singes et des êtres humains.

pot-echappement-voiture-pollution-full-12293156

Le scandale du diesel resurgit, ces jours ci, outre-Rhin après des révélations plus accablantes les unes que les autres. Les trois plus grands groupes automobiles allemands ont fait réaliser des tests sur des singes et des êtres humains pour prouver la faible toxicité des émissions de leurs véhicules. Volkswagen, Daimler (Mercedes-Benz) et BMW ont mis en place une structure pseudoscientifique dont le seul objectif était de démontrer le faible impact sur le vivant des émissions de leurs véhicules. On sait déjà que ceux-là étaient vendus dans le monde entier comme « propres » après homologation grâce à… l’installation de logiciels truqueurs.

Au cœur du dispositif, on trouve le Centre européen de recherche sur l’environnement et la santé dans le secteur du transport (EUGT), dissous seulement depuis six mois. La couverture était impeccable pour conduire les opérations de lobbying les plus efficaces et dévouées à prouver l’absence de nocivité des gaz sortants des pots d’échappement sous contrôle des logiciels faussaires. La Süddeutsche Zeitung et plusieurs chaînes de télévision publique allemandes avancent que l’EUGT est allé jusqu’à faire pression sur l’Organisation mondiale de la santé (OMS), auteur d’un rapport jugé excessif sur les dangers cancérigènes de ces émissions.

Des singes forcés à inhaler les gaz d’échappement

Le centre EUGT a fait réaliser une étude sur des cobayes humains (19 hommes et 6 femmes) exposés aux émissions d’oxyde d’azote (NOx) dans l’un des départements de la clinique universitaire d’Aix-la-Chapelle. Les rapports ne relevaient opportunément aucune incidence significative sur les « fonctions corporelles » des 25 sujets sains testés. Dans cette même optique, le groupe Volkswagen avait fait réaliser auparavant, selon le New York Times, des expériences sur des singes aux États-Unis : ces derniers avaient été enfermés dans une cage en verre où ils inhalaient les émissions « contrôlées » d’une « beetle » (coccinelle nouvelle mouture) avant d’être exposés, pour comparaison, à celles d’un vieux pick-up américain.

Ces expérimentations ont soulevé un immense émoi en Allemagne. En effet, même s’il faut se garder bien sûr de les mettre sur un même plan, elles ne sont pas sans faire resurgir les plus sinistres épisodes de l’histoire. Sur la défensive, le groupe VW a présenté ses excuses en laissant entendre, en toute mauvaise foi, que la responsabilité des faits incomberait au « mauvais comportement de quelques-uns ». Suivant une stratégie analogue, la direction de Daimler se dit « écœurée ». Angela Merkel et son gouvernement ont de leur côté condamné les tests, déclarant qu’ils « ne peuvent être en aucun cas justifiés sur le plan éthique ».

Problème : l’influence du lobby automobile jusque dans les plus hautes sphères du pays est patente. Et dans l’affaire des cobayes de l’EUGT, elle est incarnée par le toxicologue Helmut Greim, qui a dirigé le « conseil scientifique » de l’organisation. Professeur à l’université de Munich, il est décrit par l’ONG Lobbycontrol comme un homme lige, « depuis des décennies », de l’industrie automobile. Il fut rien de moins que l’un des « experts » sollicités par la commission d’enquête fédérale sur le… dieselgate du gouvernement de grande coalition. Suite à ce même dieselgate, Matthias Müller, nommé à la tête du groupe VW, avait promis la transparence et un « changement de culture ». La promesse était d’évidence intenable. L’ex-fleuron du capitalisme rhénan est pris en étau par des demandes de rendements financiers toujours plus élevés. De moins en moins compatibles avec les exigences environnementales.

Cet article a été publié dans Allemagne, économie, Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s